Histoire de l’Union Européenne en bref

L’Union Européenne (UE) est une organisation internationale de pays démocratiques européens décidés à oeuvrer ensemble pour la paix et la prospérité. Elle plonge ses racines historiques dans la Seconde Guerre mondiale. L’idée a été lancée en 1950 par Robert Schuman, ministre français des Affaires étrangères. Le 9 mai, «Journée de l’Europe» commémore la déclaration de R. Schuman, considérée comme la naissance de l’Union.

En 1951, une première communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) se composait de 6 Etats «fondateurs»: l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. D’autres secteurs de l’économie furent ensuite intégrés par les traités de Rome, instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA ou Euraton) et la Communauté économique européenne (CEE). Les États membres ont aboli les barrières commerciales pour former un « marché commun ».

En 1967, ces institutions ont fusionné (Commission, Conseil des Ministres et Parlement Européen uniques). En 1992, le Traité de Maastricht a introduit de nouvelles formes de coopération entre les gouvernements des Etats membres. Il a donné naissance à l’Union européenne (UE). En 2002, douze pays de l’UE ont adopté la monnaie unique européenne : l’euro.

L’UE compte aujourd’hui 28 membres : les six pays fondateurs, plus le Danemark, l’Irlande, le Royaume-Uni, la Grèce, l’Espagne, le Portugal, l’Autriche, la Finlande, la Suède, Chypre, la République tchèque, l’Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, la Croatie, la Roumanie et la Bulgarie. Dans certains domaines, les Etats cèdent leur souveraineté à l’UE tandis que dans d’autres ils coopèrent entre eux.

  Retour à Bruxelles-Capitale, 19 communes